Essaouira Mogador: Histoire d’un destin singulier

  • Titre:
    Essaouira Mogador: Histoire d'un destin singulier
  • Auteur:
  • Editions:
    Editions la croisee des chemins
  • Collection:
    Essais
  • ISBN:
    978-9954-1-0347-0
  • Dépôt légal:
    2011
  • Prix:
    90 Dhs

Entre le VIIe siècle avant J-C et le V siècle de l’ère chrétienne, il n’est question que de l’île d’Essaouira où les Phéniciens puis les Romains s’installèrent pour faire du commerce avec les habitants de la côte ou surtout pour exploiter le murex nécessaire à la production de la pourpre tant recherchée à Rome. Après la chute de l’Empire romain, et pendant mille ans, on n’entendra plus parler d’Essaouira.

Nous profiterons donc de cette longue page blanche pour regarder le Maroc se constituer, les Arabes y apporter leur religion, leur langue et leur culture, et les tribus, éparses et indépendantes, nomades ou sédentaires, accepter l’autorité de chefs fédérateurs.

C’est un sultan alaouite visionnaire qui, au XVIIIe, siècle permit à Essaouira de connaître un destin exceptionnel: pendant un siècle et demi elle occupera la première place parmi les ports marocains grâce à un trafic commercial nourri avec les grandes places maritimes d’Europe. Et nous la verrons aussi, cette petite ville, mettre en relation l’Europe et même l’Amérique, avec l’Afrique noire, grâce aux immenses caravanes chamelières Tombouctou.

Jusqu’à la fin du XIXe siècle Essaouira aura tout connu: prospérité et récession, faveur des sultans et disgrâce, épidémies et razzias, bombardements même! Et puis, rattrapée par la modernité, elle verra son commerce péricliter et peu à peu, rentrera dans les rangs de l’oubli. Petite ville de province au temps du Protectorat, elle accueillera l’été, les colons de l’intérieur, avides de fraîcheur. L’Indépendance en fera un petit centre administratif parmi d’autres et, pendant des années, seuls de rares touristes avisés sauront bénéficier des attraits de ce petit port tranquille, au charme surannée et aux habitants si accueillants.

A la fin du XXe siècle, le développement croissant du tourisme et l’intérêt soudain des médias viendront sortir notre belle endormie de sa léthargie et la voici aujourd’hui, à nouveau sur le devant de la scène, choisie par le roi Mohamed VI pour devenir l’un des premiers pôles touristiques du Maroc…

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+
Related Entries