CONTRE VENTS ET MARÉES

CONTRE VENTS ET MARÉES

Abdallah Ibrahim

L’évolution des peuples ressemble à des lignes géométriques. Il est des lignes droites et des lignes brisées. Contrairement aux pays d’Europe, la ligne d’évolution du Maghreb s’est historiquement brisée, au moins à trois reprises, au cours de trois mille ans : lorsqu’il est exclu du courant millénaire de la civilisation carthaginoise, pour se latiniser et se christianiser progressivement, sous la férule des Romains ; puis lorsqu’il rompt avec l’influence romaine, pour s’arabiser et embrasser l’Islam. Son arabité et son Islam deviennent les leviers de sa gloire nationale et les fondements de la grandeur de ses empires. La ligne se brise une troisième fois lorsque le Maghreb s’est trouvé incapable de suivre le rythme de l’évolution globale de la civilisation humaine. C’était au cours des siècles de la féodalité et de l’inertie. Il s’est trouvé au cours du 19e siècle face à l’impérialisme international, alors qu’il était miné à l’intérieur par les séquelles de l’asservissement et de l’arbitraire. Il ne pouvait relever les défis historiques, face aux impératifs de l’urgence et du déséquilibre des forces matérielles. Il ne pouvait faire face à un monde plus complexe et mieux armé. Sa seule chance, c’est qu’il n’était pas seul. Il s’est trouvé dans le même camp que les autres peuples arriérés comme lui, mais qui étaient tous décidés, dans les trois continents, à gagner la bataille du destin.

ISBN

9789920769914

Dimensions 145 × 20 × 215 mm
Poids 0.80 kg
Reliure

Broché

Date de publication

2021

Nombre de pages

120

Langue

Biographie de l'auteur(e)

Abdallah Ibrahim (1918, 2005) a été une figure emblématique de la politique marocaine. Membre du Mouvement national, il a été, après l’indépendance du Maroc, ministre du Trésor puis celui des Affaires sociales avant d’être nommé Président du Conseil de gouvernement par le roi Mohammed v en 1958. Poste qu’il occupera pendant dix huit mois au cours desquels il initiera plusieurs chantiers importants (création de la monnaie, de la banque centrale…). Abdallah Ibrahim a également écrit de nombreux ouvrages en langue arabe.

Écrit initialement en arabe, cet ouvrage a été traduit en français par Hassan Benaddi.